Au Chili, les enfants scolarisés et les jeunes universitaires se mobilisent depuis plus de trois mois de manière non violente en faveur d'une éducation publique gratuite et de qualité. Ce mouvement étudiant, qui s'inscrit dans le réveil des jeunes qui redouble sur toute la planète, a montré de nombreuses et créatives façons non violente de manifester.

Lamentablement la réponse du gouvernement de droite de Piñera aux demandes étudiantes a été une brutale et violente répression policière.

Le Parti Humaniste International condamne et rejette catégoriquement l'usage de la violence de la part du gouvernement chilien pour tenter de faire taire la légitime demande des enfants et des jeunes chiliens. Pour les humanistes du monde entier, l'éducation publique et gratuite pour tous est un droit inaliénable des personnes et devrait être l'un des piliers d'une société plus juste, vu qu'elle met tous les citoyens dans des conditions égales en ce qui concerne l'éducation. Les modèles néolibéraux, qui donnent priorité aux profits de l'éducation privée pour faciliter les négoces des entreprises marginalisent la majorité de la population de ce droit et segmentent la société pour que des minorités se perpétuent au pouvoir. Le Chili, malgré ses supposées « réussites économiques », conserve l'une des pires distribution de la richesse, et ceci ne fera qu'augmenter tant que ne pourront accéder à une carrière universitaire que ceux qui ont l'argent pour le faire.

La répression violente du gouvernement Piñera rappelle aux chiliens les pires formes utilisées par la Dictature d'Augusto Pinochet, à tel point que le dirigeant humaniste du Collège de Professeurs, Mario Aguilar, a dénoncé une détention policière suspecte à son encontre.

Mais si le gouvernement chilien a voulu faire taire les jeunes au moyen de la violence, la réponse qu'il a reçu à cette répression n'est pas venu seulement des étudiants mais des millions de citoyens qui sont sortis spontanément dans les rues pour protester contre la violence gouvernementale.

Se furent des millions de personnes qui en faisant résonner leurs casseroles se sont manifestés de manière non-violente contre la brutalité policière et en solidarité avec les étudiants et leurs demandes.

C'est un moment historique au Chili et dans le monde entier où, à la force brute des gouvernements, les peuples opposent force, créativité et Non Violence Active.

C'est pour tout cela que le Parti Humaniste International rejette énergiquement la répression violente et se solidarise avec la lutte des étudiants chiliens.

 

Équipe de Coordination Mondiale
Parti Humaniste International